Justice prédictive : et si l’intelligence artificielle faisait loi?

Retrouvez ci-dessous en images la conférence du 16 novembre 2017 sur l’avenir des pratiques des professions juridiques à l’heure de l’intelligence artificielle. Découvrez l’algorithme de justice prédictive utilisé par la Cour fiscale suprême de Buenos Aires et la Cour inter-américaine des droits de l’Homme avec une démonstration par le juge à l’origine de cette initiative. La vice-présidente d’Open Law explique également le projet de communs numériques et présente la construction de leur data set d’apprentissage pour intelligence artificielle.

Ouverture de la Conférence par Catherine Prébissy-Schnall

1ère partie : buff.ly/2EfG2xg

2ème partie :  

 

16 novembre 2017. Conférence de Timothée PARIS sur l’Etude du CE 2017 “Puissance publique et plateformes numériques : accompagner “l’ubérisation”

définitive conf CRDP 16 novembre 2017 rapport CE uberisation

En s’interrogeant notamment sur la possibilité pour l’État d’être « ubérisé », l’Étude annuelle du Conseil d’État s’inscrit dans la continuité des réflexions sur la stratégie plateforme. Cette stratégie consiste à penser l’État comme une plateforme qui met en place un accès universel et personnalisé à des services numériques plus simples. Au risque de perdre la maitrise de cette transformation de l’État par les plateformes numériques, le Conseil d’État, sous la plume de Monsieur Timothée Paris, a décidé au contraire d’accompagner l’ubérisation en formulant 21 propositions.
Réalisant la prouesse d’une synthèse de l’Étude de 192 pages en 1h30, Timothée Paris commence par dresser le constat du changement de paradigme économique et social (« crowd economy ») en soulignant les 4 caractéristiques des plateformes numériques :
1. La première caractéristique est qu’elles mettent en système “la multitude”.
2. La seconde réside dans le fait que le modèle économique des plateformes est quasi-exclusivement fondé sur l’individualisation la plus grande possible du service à destination de l’utilisateur
3. La relation de confiance que créent les plateformes entre leurs utilisateurs est la troisième caractéristique qui favorise la multiplication des échanges.
4. La quatrième caractéristique réside dans le fait que le coût des transactions réalisées sur les plateformes tend irrémédiablement vers zéro.
L’« ubérisation » met en lumière les vides et les incohérences juridiques existant au sein des secteurs règlementés par la puissance publique ou leur inadéquation avec les évolutions technologiques. Timothée Paris donne l’exemple de la société Uber qui s’est déployée en France dans le maquis juridique du secteur des transports de personnes, caractérisé par un empilement complexe de statuts différents (taxis, voiture de transport avec chauffeur (VTC), transport « LOTI») et des orientations contradictoires des pouvoirs publics (assouplissement des conditions d’accès aux VTC, mais protection du monopole des taxis). La distinction professionnelle/non professionnel est en elle-même, difficilement conciliable avec la spécificité de l’économie « ubérisée.
L’économie issue de l’« ubérisation » répond aussi à une demande d’autonomie dans l’activité professionnelle . En ouvrant un marché du travail “à la demande”, les plateformes ont permis aux personnes jusque-là au chômage d’avoir des revenus. Une analyse du marché des chauffeurs Uber en France a mis en évidence que 25% des chauffeurs étaient au chômage avant de débuter leur activité pour cette société.
La blockchain, fondée sur la preuve, apparait comme l’aboutissement du processus de désintermédiation : l’article L. 223-12 du code monétaire et financier issu de l’ordonnance du 28 avril 2016 relative aux bons de caisse, par exemple, autorise l’inscription des minibons au moyen d’une telle technologie.
La deuxième partie de la conférence porte sur les grands enjeux de l’ubérisation : Timothée Paris prend l’exemple de l’activité issue de la plateforme collaborative AirBnB et le secteur de l’hôtellerie traditionnelle pour s’interroger sur la pertinence de nombreux paradigmes qui fondent le droit économique.
Enfin, la synthèse de l’Etude du Conseil d’Etat s’achève par l’énoncé de quelques propositions : recommander à l’Union européenne d’adopter un paquet Innovation technologique et droits fondamentaux; Encourager le développement de l’entreprenariat individuel en lissant les effets de seuil liés à la complexité des régimes juridiques, fiscaux et sociaux; dresser la cartographie des activités de service public concurrencées par des plateformes numériques et en tirer toutes les conséquences pour leur réorganisation et la définition du périmètre du secteur public.

Compte-rendu réalisé par Catherine Prébissy Schnall

Les conséquences économiques des actes des autorités de régulation

Conférence organisée par la Chaire Gouvernance et Régulation en coopération en partenariat avec le CRDP,  le 28 juin 2016 : Les conséquences économiques des actes des autorités de régulation.

L’effet économique de l’acte de droit souple est  devenu un critère de recevabilité du recours. Cette évolution jurisprudentielle, gage d’une plus grande sécurité juridique pour les opérateurs économiques, soulève de nombreuses questions quant à l’étendue du contrôle du juge. Elle consacre néanmoins l’intervention des régulateurs par le biais du droit souple, tout en encadrant leur activité de régulation.

Synthèse des présentations et des échanges de cette conférence, au cours de laquelle Madame le Professeur Laurence Folliot-Lalliot et Monsieur le Professeur Arnaud Sée sont intervenus : Synthèse

Conférence autour de la publication du dictionnaire des régulations

La conférence s’est déroulée le lundi 2 février 2016 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense en présence de Michel Bazex (Professeur émérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense), d’Arnaud Sée (Professeur de droit public, Université de Picardie – Jules Verne), de Bertrand du Marais (Conseiller d’Etat et président de FIDES), de Matthieu Conan (Professeur de droit public et directeur du CRDP, Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et de Régis Lanneau (Maître de conférences, Université Paris Ouest Nanterre La Défense).

Conférence autour de la publication du dictionnaire des régulations

Conférence autour de la publication du dictionnaire des régulations (publié chez LexiNexis)

Lundi 1er février 2016

17h à 19h

Salle F. 142 – Bâtiment F

Université Paris Ouest Nanterre La Défense


Organisée par le Centre de recherche en droit public (EA 381) et soutenue par FIDES

avec

Jean-Bernard Auby, Professeur à Sciences Po, directeur de la chaire Mutations de l’action publique et du droit public (Chaire MDAP) – Michel Bazex, Professeur émérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense – Bertrand du Marais, Conseiller d’État, président de FIDES – Régis Lanneau, Maître de conférences en droit public, Université Paris Ouest Nanterre La Défense – Arnaud Sée, Professeur de droit public, Université de Picardie  – Jules Vernes.

Affiche conférence